Le tennis au cinéma

Un peu de culture, ça ne peut que faire du bien à nos méninges. Parfois méconnues, plusieurs réalisations rendent hommage à la petite balle. Autant profiter des Internationaux de France donc, pour se pencher sur ces films inspirés par le tennis.

Jeu, set et match d’Ida Lupino (1951)

Ce film est largement inspiré par la vie de l’une des plus grandes joueuses de tennis de tous les temps : Helen Wills Moody. Son palmarès inclut notamment 8 victoires à Wimbledon, 4 titres de championne à Roland-Garros et 2 médailles d’or aux Jeux olympiques.

Dans Jeu, set et match, l’héroïne incarnée par Sally Forrest porte le nom de Florence Farley. Elle rencontre Gordon McKay (Robert Clarke) qui partage sa passion pour le tennis. Florence est alors tiraillée par cette romance naissante et les ambitions de sa mère Millie (Claire Trevor) qui veut faire d’elle une championne invincible.

La Plus belle victoire de Richard Loncraine (2004)

Peter Colt, le personnage principal incarné par Paul Bettany, accumule les déveines. Sa passion pour le tennis n’échappe pas à cette malchance qui se perpétue, le reléguant au fin fond du classement à chaque tournoi. Alors qu’il s’y attend le moins, Peter a l’opportunité de participer au tournoi de Wimbledon. Il y rencontre la pétillante Lizzie Bradbury (Kirsten Dunst) dont il tombe amoureux.

Lizzie qui s’est fait un nom dans le monde du tennis permet à Peter de retrouver sa combativité. Son amour l’aide à améliorer ses performances et il accède progressivement à des rangs inespérés. Grâce à Lizzie, Peter se surprend à rêver d’une victoire à Wimbledon. C’est non sans peine qu’il décroche son titre de champion.

Match Point de Woody Allen (2005)

Chris Wilton (Jonathan Rhys-Meyers) met un terme à sa brillante carrière de tennisman de haut niveau pour endosser le rôle d’entraîneur. Il réussit à trouver un poste dans un quartier huppé londonien. Issu d’un environnement modeste, Chris se laisse impressionner par ce milieu si différent du sien. Il y rencontreTom Hewett (Matthew Goode), un jeune homme de bonne famille dont il séduit la sœur, Chloé (Emily Mortimer).

Pour Chris, un smash ne se limite plus aux courts de tennis lorsqu’il fait la rencontre de Nola Rice (Scarlett Johansson), la fiancée de son ami Tom. Le jeune entraîneur épouse Chloé, mais sa vie bascule quand il se voit tirailler par l’attirance qu’il éprouve pour Nola qui porte son enfant. Saura-t-il gérer la situation aussi habilement qu’il se débrouille avec sa raquette ?

Terre battue de Stéphane Demoustier (2014)

La vie de Jérôme Sauvage (Olivier Gourmet) n’a rien de simple. Pour lui, tout ce qui importe : c’est son environnement professionnel mais aussi sa famille. L’avenir de son fils Ugo (Charles Mérienne) lui tient particulièrement à cœur. À seulement 11 ans, le jeune garçon s’avère être une graine de champion qui manie habilement sa raquette.

Submergé par son amour de père, Jérôme voudrait que rien n’empêche la destinée de son fils de s’accomplir : intégrer le Centre national d’entraînement de Roland Garros. Pour arriver à ses fins, Jérôme n’hésite pas à empoisonner les challengers de son fils. Il mélange ainsi des tranquillisants aux boissons des autres joueurs, mais ce petit jeu provoque un accident mortel. Jérôme voit son avenir et celui de son fils s’assombrir peu à peu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *